Contre tous les racismes, le respect des principes républicains

Le Collectif laïque national comprend et partage l’émotion, aujourd’hui mondiale, suscitée par le meurtre de George Floyd par un policier à Minneapolis (Minnesota, États-Unis). La dénonciation du racisme et la protestation contre les violences policières rejoignent les combats laïques et républicains du Collectif laïque national.

Ce drame américain nous rappelle que ce pays fut esclavagiste sur son propre sol jusqu’en 1864, ségrégationniste ensuite jusqu’aux années 1960, et qu’il continue aujourd’hui à tolérer dans nombre de ses États fédérés, des pratiques ouvertement racistes.

Le Collectif laïque national souligne que la France n’est pas les États-Unis, contrairement à ce que prétendent, au mépris de l’histoire, ceux qui tentent de détourner le mouvement en le réduisant à des « tensions communautaires ». En France, la République, fondée dès l’origine sur l’universalisme émancipateur, a aboli l’esclavage en 1794 et, de nouveau, en 1848 dès qu’elle fut de retour.

De même, la colonisation, poursuivie par la IIIe République en méconnaissance de ses principes émancipateurs, a toujours trouvé des Républicains pour la combattre au nom de ces principes mêmes, puis pour s’engager dans les luttes de décolonisation. La République française ne porte donc pas en soi un racisme institutionnel, « systémique », comme le prétendent les adversaires de l’universalisme. Le juste et indispensable combat contre le racisme ne doit pas être détourné en une mise en accusation de la République et un abandon des luttes émancipatrices au profit de l’affrontement de communautarismes qui assignent les individus à une couleur de peau.

L’émotion ne doit pas l’emporter sur la raison – ni sur l’ordre public – n’en déplaise au ministre de l’intérieur. Et l’intervention de la Garde des Sceaux n’est pas davantage conforme au principe républicain de séparation des pouvoirs, nécessaire au déroulement serein de la procédure judiciaire en cours.

Il est vrai qu’en France, comme dans d’autres pays même démocratiques, des actes racistes perdurent. Si la police, dont l’exercice de la coercition légalement autorisée et proportionnée est l’une des missions, peut comporter en son sein des individus racistes, il existe en revanche une longue tradition républicaine dans les forces de l’ordre à laquelle le Collectif laïque national apporte son soutien.

Ainsi, il est hautement regrettable que certains membres des forces de l’ordre se croient autorisés à excéder leur mission – certes difficile – par exemple en pratiquant, parfois de façon discriminatoire, des contrôles au faciès ou des humiliations voire des brutalités sur des personnes arrêtées.

Engagés dans la lutte contre tous les racismes, le Collectif appelle les Pouvoirs publics à promouvoir le strict respect des principes républicains dans le recrutement, la formation et l’encadrement humain et réglementaire des forces de police et de gendarmerie. Il s’inquiète de la présence en leur sein d’éléments extrémistes chez qui le racisme s’accompagne clairement d’intentions et de propos antirépublicains.
Le collectif rappelle que la lutte contre le racisme implique aussi le rejet des théories racialistes et indigénistes qui fracturent la société et déconstruisent la citoyenneté.

Il en va de la sauvegarde de la République et de ses principes.

Fait à Paris, le 15 juin 2020

LES ASSOCIATIONS SIGNATAIRES :

  • Agir pour la Laïcité et les valeurs républicaines
  • Fédération française du Droit Humain
  • Association Laïcité Liberté
  • Grande Loge Féminine de Memphis Misraim
  • C.A.E.D.E.L.
  • Mouvement Europe et Laïcité
  • Grande Loge Mixte de France
  • Le chevalier de la Barre
  • Grande Loge Mixte Universelle
  • Comité 1905 de l’Ain
  • Grand Orient de France
  • Comité 1905 PACA
  • Libres MarianneS
  • Comité Laïcité République
  • La Ligue du Droit International des Femmes (LDIF)
  • Conseil National des Associations Familiales Laïques (C.N.A.F.A.L)
  • Observatoire de la Laïcité de Saint Denis (O.L.S.D)
  • EGALE
  • Observatoire de la Laïcité de Provence (O.L.P.A)
  • Fédération Nationale des Délégués Départementaux de l’Education Nationale (DDEN)
  • Regards de Femmes
  • Réseau 1905
  • Union des Familles Laïques (U.F.A.L)
  • Union Rationaliste
  • Viv(r)e la République

Données de santé : l’arbre StopCovid qui cache la forêt Health Data Hub — Mirmande PatrimoineS Blogue

Bernard Fallery Professeur émérite en systèmes d’information, Université de Montpellier Un logo indiquant Covid tracker est représenté dans un centre d’appels dédié au traçage des contacts, où des appels téléphoniques sont effectués pour cartographier le nombre de personnes à Bruxelles qui ont contracté le Covid-19, le 8 mai 2020 à Bruxelles. Laurie Dieffembacq/Belga/AFP […]

Données de santé : l’arbre StopCovid qui cache la forêt Health Data Hub — Mirmande PatrimoineS Blogue

Quel rapport les Français entretiennent-ils avec les vaccins ?

Vaccins : un Français sur deux pense que certains adjuvants peuvent être « très dangereux »

Quel rapport les Français entretiennent-ils avec les vaccins ? Alors que plusieurs équipes de recherche travaillent dans le monde, à mettre au point un vaccin contre le Covid-19, la Fondation Jean-Jaurès et Conspiracy Watch ont rendu publics les résultats d’une enquête d’opinion Ifop* effectuée au mois de mars 2020.

S’agissant des vaccins, cinq énoncés à caractère conspirationniste ont été proposés aux sondés : pour trois d’entre eux, portant sur un prétendu lien entre la vaccination et des maladies comme l’autisme ou la sclérose en plaques, sur une collusion politico-industrielle pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins et sur la soi-disant preuve d’une dangerosité des adjuvants contenus dans les vaccins, de 46% à 62% des Français déclarent en avoir déjà entendu parler, ce qui renseigne sur l’ampleur de la propagation de ces idées dans l’opinion.

Le résultat le plus surprenant concerne l’énoncé selon lequel il serait :

« prouvé que certains adjuvants contenus dans les vaccins, comme l’aluminium, peuvent être très dangereux » , Car plus de la  moitié des Français (51%) approuve cette proposition quand seulement un quart d’entre eux (26%) la rejettent, et cela alors même qu’il n’existe aucune preuve d’une quelconque dangerosité des adjuvants aluminiques contenus dans les vaccins, lesquels sont étudiés depuis des décennies maintenant.

Par ailleurs, un tiers des Français (33%) en moyenne considère que le ministère de la Santé et les laboratoires pharmaceutiques « sont de mèche pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins ». Ils étaient 43% lors de la précédente enquête réalisée en décembre2018. Toutefois, ceux qui adhèrent à cet énoncé sont surreprésentés chez les moins de 35 ans (40%), les sympathisants d’EELV (43%) et ceux du Rassemblement national (54%).

Deux ans après l’extension de l’obligation vaccinale pour les enfants de 0 à 2 ans à onze maladies aux conséquences graves (DTP, coqueluche, ROR, Haemophilus influenzae de type B, hépatite B, pneumocoque et méningocoque C), les moins de 35 ans demeurent très réceptifs aux thèses conspirationnistes autour de la vaccination.

Chloé Morin, politologue, et Gérard Lambert, médecin généraliste, analysent les résultats de ce sondage sur le site de la Fondation Jean-Jaurès :

Christian BOY , Le 18 mai 2020

Voir les sites :

https://www.conspiracywatch.info/

https://jean-jaures.org

Excellente démonstration mathématique publiée le 13 mars 2020 par David Louapre

Science étonnante

Le but de ce billet (un peu inhabituel) est d’illustrer de façon simple l’incroyable efficacité potentielle des mesures de distanciation sociale (limiter les rencontres, hygiène, télétravail, fermeture des écoles…) lorsque l’on est face à une épidémie qui vire à la pandémie.

Une épidémie est une réaction en chaîne, et cela change tout sur l’impact potentiel de mesures de ce type, par rapport à d’autres sources de danger.

Pour bien le comprendre, imaginons une autre situation : supposons que l’on ne soit pas face à une épidémie, mais à un danger d’un autre type, disons un nuage radioactif (ou chimique). Du fait de la présence du nuage, imaginons qu’il devienne risqué de sortir, que cela puisse nous rendre malade, voire à terme nous tuer. (Et supposons qu’enfermés  chez soi on ne craigne rien).

Le gouvernement décide de prendre des mesures pour confiner les gens chez eux : fermer certaines écoles…

Voir l’article original 1 252 mots de plus